Tout savoir sur la couverture d’une assurance incendie

Auprès des propriétaires et des locataires, c’est l’assurance habitation et l’assurance incendie qui sont les plus populaires. On a tendance à les confondre. Pourtant, ce sont deux assurances bien différentes.

L’assurance habitation peut être définie comme une offre générale et quand elle est dite « multirisques », elle comprend l’assurance incendie.

Il faut comprendre que la protection de l’assurance incendie ou de la clause « garantie incendie » se limite aux dommages causés par l’incendie ou l’explosion. Découvrons en un peu plus sur l’assurance incendie.

L’assurance incendie, c’est quoi exactement ?

Quand on dit « incendie », on entend par là qu’il s’agit d’une assurance couvrant les dommages liés à un incendie. Notez toutefois qu’elle prend aussi en charge les dommages causés par une explosion, par la foudre ainsi que par la fumée.

Si vous lisez bien entre les lignes de ce contrat, vous allez également voir que la prise en charge s’étend jusqu’aux dommages résultant de l’intervention des premiers sauvetages et des pompiers.

Selon les contrats d’assurance incendie, on peut également avoir des garanties annexes. C’est le cas des clauses prenant en charge les accidents d’ordre électrique et les dommages liés à un excès de chaleur sans arriver jusqu’à l’incendie.

L’assurance incendie, une garantie de responsabilité également

Avoir cette clause « incendie » ou prendre une assurance incendie à part entière ne peut être que bénéfique si le logement concerné est mis en location. En effet, elle peut couvrir les responsabilités du locataire et du propriétaire.

Dans ce cas, la couverture se base plus sur les conséquences pécuniaires imputables à :

  • La responsabilité du locataire envers le propriétaire. Dans ce cas, on parle de garantie des risques locatifs. On retrouve celle-ci dans toutes les assurances incendies, car il s’agit d’une garantie obligatoire.
  • La responsabilité du propriétaire envers le locataire.
  • La responsabilité du locataire et du propriétaire envers le voisinage et les tiers.

Dans cette assurance incendie, il est également possible de prendre des garanties complémentaires. Ces dernières concernent plus les dommages indirects à ce sinistre. Il est possible de demander une couverture pour les frais de relogement pour le locataire ou une couverture des pertes de loyer pour le propriétaire.

L’assuré a aussi ses obligations

Le souscripteur, que ce soit le locataire ou le propriétaire, a des obligations préventives à remplir pour limiter les risques d’incendie. En effet, même si vous avez cette assurance incendie, la compagnie d’assurance peut refuser de vous indemniser en cas de sinistre si vous ne remplissez pas ces obligations.

Ces dernières sont définies clairement dans le contrat. Parmi les obligations courantes, on peut citer entre autres :

  • L’installation des détecteurs de fumée : Depuis 2015, toutes les habitations doivent être équipées de ces détecteurs de fumée. Son achat et son installation reviennent au propriétaire et l’assureur doit en être informé.
  • La réalisation du ramonage : Il ne s’agit pas ici d’une obligation imposée par les compagnies d’assurances, mais elle est composée par le règlement sanitaire départemental.

– Il faut procéder au ramonage des conduits au moins une à deux fois par an. Pour connaître la fréquence, référez-vous au règlement de votre département. Ce ramonage est à la charge du locataire et il faut s’occuper des cheminées ainsi que des conduits qui évacuent la fumée du chauffage.

  • La réalisation du débroussaillage : la compagnie d’assurance oblige le propriétaire des lieux à effectuer le débroussaillage des abords de son logement. L’étendue de cette opération devrait être indiquée dans le contrat, mais dans la plupart des cas, elle s’étend jusqu’à 200 mètres.

L’étendue de la couverture de l’assurance incendie

Si on regarde les principales lignes de l’assurance incendie, on peut comprendre que l’assureur s’engage à indemniser l’assuré en cas de sinistre causé par un incendie. Il peut s’agir d’un incendie de feu de cheminée, d’une étincelle venant d’un appareil ménager ou de la foudre.

Tous les contrats ne sont pas identiques : de ce fait, vérifiez bien les dommages pris en compte par la compagnie d’assurance. Il faudra également vérifier les franchises.

Si vous avez une assurance incendie, cette dernière devrait garantir l’ensemble des biens mobiliers. Autrement dit, l’assurance peut remplacer les biens mobiliers qui se trouvaient dans le logement au moment du sinistre. Ceci inclut les meubles, les appareils électriques et ménagers ainsi que les vêtements.

Vous ne pourrez pas vraiment espérer une garantie intégrale des objets de valeurs comme les bijoux, les meubles anciens et les tableaux. La compagnie d’assurance peut les garantir jusqu’à une certaine somme et c’est également elle qui va procéder à l’évaluation de ces objets de valeur.

Il faut également comprendre que l’assureur peut refuser le remplacement de l’appareil électrique ou ménager qui est à l’origine du sinistre. Cette clause peut être mise en évidence dans votre contrat d’assurance incendie.

Cependant, si vous avez une clause dommages électriques dans votre contrat, vous pourrez avoir un remboursement de celui-ci. Lors d’un incendie, vos végétaux peuvent également être endommagés.

Même s’ils se trouvaient à l’intérieur du logement pendant le malheureux événement, ceux-ci ne sont pas couverts. Pour les assurer, il faudra demander une extension de garantie.

L’indemnisation : comment se fait-elle ?

Un incendie, peu importe sa cause, est un événement malheureux et on ne le souhaite à personne. S’il se produit, vous avez cinq jours ouvrés pour faire la déclaration à la compagnie d’assurance. Même si les causes et le responsable n’ont pas encore été déterminés, faites cette déclaration.

Pour faciliter l’estimation pour un remboursement, gardez le maximum de preuves des dommages. N’hésitez pas à prendre des photos. Certes, ces objets brûlés ne vous serviront plus à grand-chose, mais conservez-les jusqu’à ce que l’expert de la compagnie d’assurance passe. Pensez également à rassembler les documents relatifs à vos biens, notamment les factures.

Après le passage de l’expert d’assurance pour la constatation de dégâts, un montant d’indemnisation sera défini. À la suite de ceci, l’assuré et l’assureur devront trouver un point d’entente.

Il faut comprendre que vous ne devez pas espérer avoir le montant indiqué sur la facture d’un bien, car la compagnie d’assurance va prendre en compte l’usure et l’ancienneté du bien en question.

La souscription à une assurance incendie

Au cas où vous n’êtes pas satisfait de votre actuelle assurance incendie ou au cas où la clause incendie de votre assurance habitation ne vous convient pas, si le contrat a plus d’un an, vous avez la possibilité de le résilier à tout moment.

Cette procédure n’occasionnera aucun frais et votre compagnie d’assurance devra accepter votre demande suite aux dispositions de la Loi Hamon.

Il n’est d’ailleurs pas si compliqué de souscrire à une nouvelle assurance incendie. Quelques clics suffisent pour obtenir un devis d’assurance incendie. Il faut comprendre que plus vous mettez de garantie dans ce nouveau contrat, plus le prix de l’assurance sera élevé.

Pour payer moins cher, ne prenez que les garanties dont vous avez réellement besoin. Une fois que vous êtes satisfait de ce devis, vous pourrez d’ailleurs confier la résiliation de votre ancien contrat à votre nouvel assureur.

Lors de cette souscription, il est également libre à vous de choisir la date d’effet du contrat. C’est à partir de ce moment que les conditions entreront en vigueur et que vous payerez les cotisations.