Tout savoir avant de vous lancer dans des travaux d’agrandissement de votre maison

Faire des travaux d’agrandissement d’une maison n’est pas un projet qui peut être réalisé du jour au lendemain.

Il s’agit d’un ouvrage qui nécessite une mûre réflexion car il peut toucher des structures porteuses ou des éléments de base comme la surélévation d’un toit, la création d’une pièce supplémentaire ou encore l’aménagement des combles.

Pourtant, il se peut que ces modifications nécessitent un permis de construire ou l’appel à un professionnel. Par ailleurs, la question du budget peut aussi être un sujet discutable. Ainsi, voyons ensemble tout ce que vous devez savoir avant de vous lancer dans des travaux d’agrandissement de votre maison.

Déterminer vos besoins

Avant de passer à la concrétisation de votre projet d’agrandissement de maison, il faut d’abord que vous soyez clair avec ce que vous voulez faire. Vous devez établir une liste de vos besoins et vos priorités en termes d’aménagement, de décoration et d’espace disponible.

Pour ce faire, vous devez vous poser plusieurs questions au sujet de la forme et de la taille de votre maison. Vous devez prévoir les changements qui découlent des nouveaux aménagements comme l’ajout d’un escalier lors de la construction d’un étage supplémentaire ou l’installation de poutres dans le but de renforcer la solidité de la structure.

D’un autre côté, un agrandissement a pour but d’étendre l’espace disponible dans une maison. Vous devez  donc choisir à l’avance quel est l’endroit que vous allez toucher car il se peut qu’un mur doit être abattu. Ainsi, vous devez penser à la luminosité dans la pièce si vous voulez en privilégier ou non.

Tant que vous y êtes, un agrandissement peut être le moment où vous allez renforcer la résistance de votre structure et améliorer votre performance énergétique. En ce qui concerne la résistance, elle pourra être obtenue en choisissant des matériaux de bonne qualité mais qui présentent toutefois un bon rapport qualité/prix.

Notons que pour l’amélioration de la performance énergétique, vous devez respecter la RT 2012. En effet, il s’agit d’une réglementation qui oblige une extension au-dessus de 30% de la surface existante à opter pour des énergies propres et renouvelables pour diminuer la facture énergétique.

En dernier lieu, il est primordial de penser à l’harmonie entre l’ensemble des modifications et de la structure qui est déjà sur place. Vous devez donc trouver un équilibre entre les éléments architecturaux, le design du bâtiment que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur et les différents types de revêtement.

Réalisation des démarches administratives

Pour un agrandissement qui touche une surface en dessous de 20 m2, vous n’avez qu’à faire une déclaration au préalable auprès de la mairie de votre région. Une déclaration est également nécessaire pour une construction au-dessus de 12m mais d’une surface au plancher ne dépassant pas 5 m2.

Il en est de même pour un mur qui a une hauteur qui est supérieure à 2 m, un châssis et une serre qui a une hauteur entre 1,80 et 4 m et que la surface au sol soit inférieure à 2 000 m2.

Tandis qu’avec un agrandissement au-delà de 20 m2, vous aurez besoin d’un permis de construire. Cependant, vous devez consulter le Plan Local d’Urbanisme de votre commune avant de constituer le dossier pour la demande de ce permis. Ceci a pour but de vérifier si les modifications que vous envisagez sont en accord avec l’architecture de la ville.

Par ailleurs, le dossier doit contenir un certificat d’urbanisme, un formulaire Cerfa, un plan de situation, de masse et de coupe ainsi qu’un plan de façade. Vous devez également y joindre une notice descriptive de votre projet avec une modélisation en 3D. La commune aura également besoin de plusieurs photographies qui décrivent la situation du terrain dans l’environnement.

Les différents types d’agrandissement dans une maison

Vous devez faire un choix entre plusieurs techniques lorsque vous agrandissez votre maison.

  • L’agrandissement latéral ou rallonge

Une rallonge consiste à agrandir une maison par le côté, par l’avant mais aussi par l’arrière. En fonction des règlements imposés par la municipalité ou par le Plan Local d’Urbanisme, l’agrandissement par l’avant est souvent à proscrire. En effet, cela pourra empiéter sur l’aspect esthétique de la ville surtout si la maison se trouve au bord d’une route principale.

  • L’agrandissement en porte-à-faux

On parle d’un agrandissement en porte-à-faux lorsqu’il s’agit d’une extension qui est supportée par des solives ou une charpente. Cet agencement ressemble à un balcon. En revanche, la structure autoportante se trouve à l’intérieur du bâtiment.

Ayant l’impression de flotter dans le vide, cet agrandissement ne permet d’augmenter la surface disponible que d’un petit espace étant donné que les contraintes de structure peuvent être compliquées. Cependant, il s’agit d’une réalisation qui va rehausser l’aspect esthétique dans une maison moderne.

  • L’ajout d’un étage

Même si agrandir une maison par l’intermédiaire d’un étage représente des travaux considérables et un budget pharaonique, il s’agit du meilleur moyen pour avoir plusieurs espaces supplémentaires en même temps.

Avec un étage, vous n’avez pas besoin de toucher à quoi que ce soit sur le rez-de-chaussée. Par la même occasion, vous pouvez réaliser un aménagement complet en fonction de vos goûts sur le nouvel étage.

  • L’excavation d’un sous-sol

L’aménagement au niveau du sous-sol est souvent observé dans une maison ancienne qui est transmise de génération en génération. Il peut être transformé en une salle de cinéma, un bureau ou une pièce pour la lessive.

  • Aménagement du grenier

L’aménagement d’un grenier peut être considéré comme un agrandissement car il s’agit d’une pièce qui est initialement inhabitable sans l’intervention de plusieurs travaux de réhabilitation. Le grenier peut alors se transformer en une chambre supplémentaire ou un espace de rangement avec un débarras.

  • Construction d’une véranda, d’un solarium ou d’une verrière

Les vérandas, les solariums et les verrières ne peuvent pas être des pièces à part entière d’une maison. Toutefois, ils sont considérés comme des agrandissements car leur construction nécessite l’ajout de pieds carrés à la maison. D’autres parts, la construction de ces structures engage des travaux imposants.

Le financement des travaux d’agrandissement d’une maison

Le budget est une question qui mérite une réelle réflexion lors d’un projet d’agrandissement du fait que ce dernier ne peut être réalisé qu’avec une somme conséquente.

A titre indicatif, ce prix varie entre 50 000 et 100 000 euros. C’est pourquoi il est mieux d’établir un prêt auprès des établissements bancaires comme Solutis qui est un expert en solution bancaire.

Sachez qu’il existe plusieurs types de prêts en fonction de la zone d’implantation du logement à agrandir, du plafond des revenus du propriétaire, de la détention d’un plan d’épargne et du type de logement. Ainsi, vous avez le choix entre un prêt conventionné, un prêt à l’accession social, un prêt à taux zéro, un prêt travaux et un prêt personnel travaux.

Il est difficile de déterminer le montant exact que vous devez débourser pour réaliser votre projet car celui-ci peut varier en fonction de l’envergure des travaux, des matériaux de construction et du type d’agrandissement que vous choisissez. Le choix de l’entrepreneur est également un élément déterminant dans la définition du prix.

D’ailleurs, vous devez consulter plusieurs spécialistes en la matière à savoir un entrepreneur, un architecte ou un technologue avant d’entamer les travaux.

En consultant ces professionnels, vous aurez une idée bien précise sur le budget à allouer à votre projet. D’après leur expertise, il est mieux de prévoir une marge de manœuvre autour de 15% pour financer les imprévus.