Nos conseils pour motoriser son portail

La motorisation d’un portail a le vent en poupe ! Bien qu’esthétique et pratique, cette opération n’est pas chose aisée. Elle exige une grande technicité et de fortes connaissances en la matière pour obtenir un résultat optimal. Voici nos conseils !

Pourquoi motoriser son portail ?

Dans une habitation moderne, la domotique prend davantage de place dans le quotidien. C’est ainsi que l’ouverture d’un portail figure parmi les nouvelles innovations sur le marché de l’équipement technologiques.

La motorisation d’un portail se présente comme une solution performante pour ceux qui en ont marre de devoir ouvrir et refermer le portail manuellement tous les matins. Ainsi, ce type de domotique vous permet d’éviter de devoir sortir de votre véhicule sous la pluie. Le fait de motoriser son portail permet alors l’accès à un certain confort, tout en préservant l’intimité du foyer.

Il est évident que la motorisation d’un portail permet d’économiser du temps. Dites au revoir aux allées et venues du portail vers votre domicile ou voiture, il vous suffit de cliquer sur la télécommande et le portail s’exécute.

Comment choisir la motorisation de portail qu’il vous faut ?

Le marché du portail motorisé est aujourd’hui en plein essor. En effet, il existe plusieurs modèles de motorisation, selon les attentes et les demandes du public. On distingue ainsi :

– les portails en aluminium

– les portails en PVC

– les portails en bois, qui peuvent de toute évidence peuvent accueillir une motorisation

Avec l’innovation technologique, il est aujourd’hui possible de procéder à l’automatisation de tous les types de portail, coulissants ou battants. Ces travaux ne requièrent plus autant de temps et d’argent qu’il y a quelque temps.

Le secret d’une motorisation de portail réside dans l’installation des accessoires qui viendront compléter le lot. Pour la sécurité, optez pour un feu clignotant ou des photocellules. Tandis que pour le confort, une télécommande avec un surplus de 4 canaux est conseillée ainsi qu’un clavier sans fil.

Que ce soit pour un portail coulissant ou battant, il est conseillé d’opter pour un câble RO2V 1.5 mm, soit 3 x 1.5 mm. Ce type de câblage permettra d’alimenter une motorisation de 230V. Si le portail dépasse les 50 mètres, préférez l’utilisation d’un câble RO2V 2.5 mm, soit 3 x 2.5 mm. Il faudra faire en sorte à ce que l’ensemble bénéficie de la protection d’un disjoncteur bipolaire de 10 A et différentiel de 30mA.

Pensez également à vérifier s’il y a bien une borne terre branchée au système électrique.

La motorisation de portail à battant, comment l’installer ?

Sur le marché, il existe plusieurs types de motorisation du portail. On distingue en premier lieu la motorisation portail battant. Afin de disposer d’une installation durable et fiable, il est nécessaire de prendre en compte plusieurs paramètres. D’abord, les dimensions des vantaux. En prenant considération cet élément, vous êtes sûrs de disposer de la puissance adaptée à votre nouvelle installation. Grâce à cela, les risques d’usure ou de défaillance du moteur sont écartés. En outre, certaines motorisations pour portail battant assurent l’automatisme des portails qui peuvent atteindre 6 mètres de haut.

Pour ce type de motorisation, il est impératif de bien faire l’étude pour le choix de l’emplacement sur le vantail du portail. En effet, vous devez faire en sorte à ce que le portail soit positionné sur la partie supérieure de la fixation avant du moteur. Il est conseillé de positionner les bras ou les vérins à mi-hauteur du vantail. Selon les professionnels en architecture et en bâtiment, le point de positionnement idéal est la zone du vantail la plus solide, car moins exposée aux diverses flexions. Le poids des vantaux doit également entrer en ligne de compte. Ce paramètre vous permet de choisir convenablement la motorisation qui pourra supporter le poids des travaux. Ce paramètre est très important car la fluidité de l’ouverture dépend de son étude.

Conseils pour installer la motorisation d’un portail à vérins

Une motorisation à vérins requiert un espace assez faible comparé à celle à bras articulés. Ainsi, une motorisation de portail à vérins est idéale pour les petites surfaces, autour des piliers du portail. Pour ce type d’installation, il est nécessaire de libérer un espace de dégagement autour du pilier. Pour cela, prévoyez environ 20 centimètres.

Conseils pour l’installation de la motorisation de portail à bras articulés

Le mouvement d’une motorisation à bras articulés est plus fluide que celui d’une motorisation à vérins. Ainsi, ce type de motorisation nécessite un espace de dégagement plus conséquent, autour du pilier. Pour que le mouvement soit plus fluide, plus libre, vous devez penser à un espace d’environ 40 à 50 centimètres.

Les étapes pour la motorisation d’un portail

Amateur, sachez que l’installation d’une motorisation de portail n’est pas difficile, une fois qu’on a compris le concept. En effet, cette opération nécessite une grande connaissance en technique de bricolage et un peu de bâtiment. Si vous n’êtes pas sûrs d’y arriver, le recours aux services d’un professionnel peut s’avérer judicieux. Il saura vous conseiller sur les meilleures dispositions ou sur le modèle idéal à installer. Par ailleurs, l’installation de la motorisation se fait en 6 étapes.

1ère étape : l’installation électrique

La première démarche consiste à vérifier votre installation électrique. En effet, pour qu’il soit motorisé, vous devez alimenter votre portail via un courant porteur ou une énergie renouvelable comme un panneau solaire. Cette étape demande alors que vous entrepreniez les raccordements nécessaires, que  vous fassiez en sorte que le portail soit relié au tableau électrique principal. Souvent, il s’agit tout simplement de creuser une tranchée pour une mise à terre du réseau électrique. Considérée comme une étape sensible, le recours au service d’un électricien est souvent nécessaire.

2ème étape : les bras articulés

La hauteur et l’emplacement idéal pour le bras articulé de votre portail dépendront du modèle que vous avez choisi. Indiquez sur le pilier la hauteur de traverse où sera fixé le bras. Il suffit ensuite de prendre chaque cotés pour y percer des trous. Cette opération se fait normalement avec le gabarit, qui est fourni lors de la motorisation du portail.

3ème étape : le bloc moteur

Cette prochaine étape consiste à fixer le bloc moteur. Comme il s’agit d’une étape cruciale, soyez vigilant ! Veillez à bien contrôler le niveau du moteur. A défaut, il risque de mal fonctionner. N’oubliez pas que le bloc moteur doit être relié à une prise de terre.

4ème étape : les bras

Toujours au niveau des bras articulés, vous devez cette fois les régler. Commencez par fixer les bras à la place qui leur est destinée. Pour cela, optez pour une visserie adaptée pour éviter d’éventuels dégâts. Lors du règlement des bras, travaillez avec minutie. Une fois qu’ils sont installés, procédez aux vérifications : le mouvement d’ouverture est-il fluide ? Rencontre-t-il des obstacles ou des  frottements ?

5ème étape : le moteur à l’électricité

Une fois toutes ces installations achevées, il ne vous reste plus qu’à procéder aux raccords des fils électriques vers le moteur. Vous pouvez le faire vous-même à condition de bien suivre la notice, sous peine de court-circuit. Pour éviter tous dégâts, faites intervenir un électricien.

6ème étape : la butée

Bien que dernière, cette étape est très importante. Vous devez faire en sorte à ce qu’une butée soit présente sur chaque vantail. Cette disposition permet d’éviter une percussion entre les piliers. Le règlement de la butée doit se faire par un professionnel, car les dégâts peuvent être considérables si il est mal effectué.