Les différents moyens pour financer ses travaux

En vue de l’amélioration du confort des habitants, et aussi pour conforter le prix d’un logement, il est nécessaire de procéder à la réalisation de travaux. Il est évident que le financement des travaux d’amélioration, de rénovation, ou même de construction ne peut pas être résolu uniquement par le biais d’une facilité personnelle. En effet, c’est en fonction de la nature des travaux, et aussi du lieu d’habitation que le coût varie. Toutefois, un emprunt ciblé ou une autre stratégie présente de nombreuses possibilités. Des subventions sont proposées par les pouvoirs publics pour venir en aide aux particuliers qui ont des projets de rénovation, tandis que les établissements bancaires, de leur côté, accordent des prêts.

Les différentes étapes pour financer les travaux

  • Réaliser une série de devis

Quelle que soit la nature des travaux à réaliser, avoir une idée globale du coût des interventions est toujours conseillé. Pour cela, il faut faire appel aux services de plusieurs  professionnels pour établir des devis. Pour obtenir une fourchette de prix, il faut posséder au moins trois devis.

Pour ceux qui ont pris la décision de procéder à des travaux de rénovations ou d’amélioration de leur bien, internet regorge d’informations et d’adresses de ces professionnels. Au quotidien, la bouche à oreille constitue une meilleure garantie pour découvrir  un bon professionnel.

Une fois le prestataire trouvé, il faut s’assurer qu’il est inscrit au répertoire des métiers (RM),  ou au registre du commerce et des sociétés (RCS). Il est également conseillé de bien vérifier la solidité financière de son entreprise, ainsi que l’absence d’une procédure de liquidation judiciaire.  De nombreux sites sur internet permettent de vérifier tous ces points.

calcul prix travaux

En ce qui concerne la qualité des travaux, le professionnalisme et les qualifications des artisans engagés sur les chantiers sont aussi importants. Ainsi, pour des travaux  d’économie d’énergie, la certification RGE ou Reconnu Garant de l’Environnement sera exigée. De même, pour le bâtiment en général ou  pour des travaux d’électricité, des qualifications « Qualibat » ou « Qualifelec » seront demandées.

Il est possible de fixer le coût des travaux à partir des différents devis établis par les professionnels. Ce montant va déterminer la conduite à tenir, face à l’ampleur des œuvres à réaliser. La grande question qui se pose dans ce cas est alors : « Faut-il recourir à un emprunt pour financer les travaux » ?

  • Étudier sa capacité d’emprunt

S’il s’avère que le financement des travaux nécessite un prêt bancaire, l’élaboration d’un budget global est alors impérative. Cela permet de connaître son propre apport, et de déterminer  sa capacité d’emprunt.

Pour ce faire, toutes les dépenses ainsi que les revenus doivent être répertoriés. C’est à partir de cet inventaire que le montant réservé au remboursement mensuel du prêt sera évalué.

Les établissements bancaires admettent généralement un taux d’endettement de 33% des revenus. Autrement dit, les charges fixes, le remboursement des prêts inclus, ne doivent pas excéder 33% des revenus de l’emprunteur.

Néanmoins, ce taux peut être adapté en fonction de chaque situation individuelle. Pour une analyse personnalisée, l’emprunteur est conseillé de prendre contact avec sa banque.

Les banques proposent également des crédits spécialement étudiés pour financer des travaux. Ces prêts présentent un grand avantage car leur taux d’intérêt est inférieur à celui des crédits à la consommation classique.

maison en construction

Les différents moyens de financement

Il existe des possibilités qui permettent  d’alléger les divers frais inhérents aux travaux. Elles sont proposées à ceux qui ont décidé d’entreprendre des travaux de rénovation ou d’amélioration de leur maison.  Parmi ces possibilités on peut citer :

  • Le prêt immobilier pour les travaux de grande envergure

Il est possible de souscrire un prêt immobilier si les travaux à réaliser sont assez coûteux. Cependant, la souscription est soumise à deux conditions :

  • La demande doit s’accompagner d’un emprunt d’acquisition de la maison, et cette dernière fera l’objet de rénovations.
  • Un cautionnement ou une hypothèque garantit le crédit immobilier.

La souscription oblige le client à  prendre une assurance emprunteur. Toutefois, elle permet de profiter d’un taux avantageux. En effet, comparé au prêt « travaux », le taux d’intérêt est généralement inférieur. C‘est la solution idéale pour ceux qui ont de grands projets de rénovation à financer.

  • Le prêt à la consommation pour les travaux moyens

Une souscription à un prêt à la consommation est plutôt judicieuse pour des travaux moyens.  Dans ce cas, il est conseillé de joindre directement un établissement de prêt financier. Il est également possible de visiter de nombreux sites de prêt sur internet.

De nos jours, presque toutes les banques proposent des prêts « travaux » à taux fixe, qui concernent les petites rénovations. Ce type de prêt est intéressant pour des rénovations à vocation d’économie d’énergie. De nombreux prêts sont attribués pour ce type de projet. 

  • Le crédit d’impôt pour la transition énergétique ou CITE

Avec ce prêt, l’emprunteur bénéficie d’une déduction de 30 % de son impôt sur le revenu sur ses dépenses dans la rénovation pour la transition énergétique. Le CITE couvre également d’autres travaux, comme la régulation et la programmation du chauffage, l’isolation thermique des toitures, les parois vitrées et les portes donnant sur l’extérieur. Ce crédit est plafonné à une hauteur de 8 000 euros pour un célibataire.  Pour un couple, le plafond est de 16 000 euros, avec une majoration de 400 euros par personne à charge.

pret d'argent

  • L’Eco-prêt zéro ou prêt universel

Ce prêt est caractérisé par le fait qu’il est accessible à tout le monde, qu’on soit  propriétaire ou locataire. De plus, la souscription ne nécessite pas de justificatifs de ressources. En plus de l’installation d’un chauffage utilisant une source d’énergie renouvelable, l’Eco-prêt zéro couvre tous les travaux concernés par le CITE. Pour pouvoir bénéficier de ce crédit, il faut que les travaux soient réalisés par une entreprise agréée.  Avec cet éco-PTZ, il est possible d’obtenir un prêt qui peut s’élever jusqu’à 30 000 euros sur 10 ans. Pour de très gros travaux, l’échéance peut être prolongée de 5 ans.

  • Le prêt de développement durable

Comme pour l’Éco-prêt zéro, le prêt de développement durable est soumis à un taux zéro. Toutefois, il ne finance que les travaux d’économie d’énergie. En ce qui concerne les conditions et le taux de ce crédit, chaque banque a la pleine liberté de les fixer.

  • Les prêts aux particuliers de Younited Credit

Ce pionnier français des emprunts aux particuliers a été fondé en 2011. Il est présent uniquement sur le web. Il a comme principal rôle de mettre en relation les emprunteurs et les investisseurs-prêteurs (particuliers et personnes morales), entre eux. Ce qui permet aux ménages français d’éviter les circuits de prêt bancaires classiques.

Younited Credit (anciennement Prêt d’Union) est agréée en tant qu’établissement de crédit – Prestataire de Services d’Investissement par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR).

Pour obtenir le prêt personnel de Younited Credit, le particulier emprunteur doit contacter l’établissement sur son site Internet. Ainsi, il peut communiquer sa demande de prêt, avec toutes les informations le concernant, notamment ses revenus, sa situation professionnelle, etc. Pour vérifier la viabilité du financement, sa demande sera analysée en interne. Au cas où l’analyse est positive, un prêt, qui peut aller jusqu’à 50.000 euros, peut lui être accordé. Il est à rappeler que le prêt minimum accordé par cet organisme de financement est de 1000 euros.