La culture des plantes aromatiques

Vous êtes un féru de cuisine ? Vous êtes donc sans savoir que la réussite de vos plats dépend essentiellement de la fraicheur des ingrédients. Et il n’y a rien de tel pour s’en assurer que d’avoir son propre jardin botanique !

D’ailleurs, cuisiner avec des ingrédients faits-maisons semble apporter une certaine saveur aux plats. C’est pourquoi le jardinage est souvent un compagnon fidèle des cuisiniers.

Légumes, fruits et arbres fruitiers : plusieurs espèces peuvent être plantées dans votre jardin. De quoi en optimiser également la beauté. Mais pour la réussite de vos plats, et pour un peu plus de diversité dans vos plantations, se lancer dans la culture des plantes aromatiques serait certainement une bonne idée. Voici quelques détails qui peuvent vous aider en ce sens.

Plantes aromatiques : kesako ?

thyme-115379_1920

Les plantes aromatiques sont les must haves de la cuisine, aussi bien des grandes spécialités de la gastronomie française que celles des autres pays du monde entier.

Dans cette catégorie, vous avez le thym, le basilic, le persil et autre. Outre d’être décoratif, ces espèces sont d’une utilité incontestable pour la réussite de certains plats, si ce n’est de tous. Ils apportent un peu de couleur. Ils optimisent le gout et donnent un peu d’arômes aux plats.

Cette capacité, ils la doivent à leurs huiles essentielles. Pour en récolter, tantôt en utilisant les feuilles et tantôt les tiges et les bulbes. Certains ne sont performants que lors de la cuisson des graines et des fleurs. D’autres sont plus simples. Il suffit d’une partie de leur écorce. Tout dépend des espèces.

herb-2540565_1920

Dans le domaine scientifique, les plantes aromatiques se déclinent en trois catégories :

  • Les alliacées dans lesquels on peut trouver l’ail, l’oignon, les ciboulettes et autres
  • Les apiécées comme le cerfeuil, le fenouil et les persils
  • Et les lamiacées telles que les menthes, les basilics, etc.

Dans la réalité, vous n’aurez aucun mal à différencier les plantes aromatiques. Il suffit de prêter attention à leur feuillage. Le thym et le romarin par exemple font partie des espèces à feuille persistante. Les alliances sont une variété à feuillage caduc.

Se lancer dans la culture des plantes aromatiques : les bases à connaître

basil-2395060_1920

En fonction des espèces, la culture se passe différemment. Pour certains, vous aurez besoin de la racine, pour d’autres, d’un peu d’écorce. Dans tous les cas, afin d’assurer la réussite de votre projet, vous devez préparer le sol et respecter certaines conditions.

  • La préparation du sol

Les plantes aromatiques ne poussent que dans une base drainée à bon escient et riche en fertilisant. Sur le marché, vous avez des engrais biologiques afin d’assurer la qualité de vos productions.

Une exposition au soleil sera nécessaire pour le développement des plantes. Et bien que ces dernières apprécient un arrosage régulier, tomber dans l’excès n’est pas bon.

Comme n’importe quelle espèce, les plantes aromatiques ont besoin d’une température stable et optimale pour être en bonne santé. Généralement, elle varie entre 15 et 18 °C.

  • Le semis et la plantation

La culture doit commencer idéalement entre mars et novembre. Si vous optez pour des variétés à floraison bisannuelles comme le thym, le romarin, le persil, etc… Vous devriez goûter à vos premiers produits entre avrils à septembre.

Attention cependant, chaque semis doit être espacé de 50 cm. Chaque rangée doit être équidistante de 1m environ. Les plantes aromatiques ont besoin de beaucoup d’espace pour se développer.

  • Les récoltes

Les récoltes des plantes aromatiques varient en fonction des espèces. Certaines produisent des fleurs bisannuellement, d’autres annuellement. La récolte entre avril et septembre ne concerne que les variétés à feuillage persistant. Certaines ne seront disponibles qu’en août et septembre et, mai à octobre, voire entre juin et octobre.

Bien entretenir ses plantes aromatiques

parsley-2535223_1920

Comme toutes les cultures, celle des plantes aromatiques ont besoin de beaucoup d’entretien. Il en va de la réussite du projet.

  • Arroser, mais pas trop

Les plantes aromatiques apprécient l’eau comme toutes les espèces vertes. Mais attention, avoir la main lourde sur l’arrosoir n’est pas une bonne chose. Vous devez arroser régulièrement et en petites doses, surtout pour les variétés arides comme le basilic.

  • Pas de taille nécessaire

Un des avantages à se lancer dans la culture des plantes aromatiques est que vous n’avez pas besoin de les tailler. Ils se développent naturellement. Cette facilité est à la base de son renom. Ce genre de projet est à la portée de n’importe quel amateur de jardinage, voire même de ceux qui n’ont pas la main verte.

  • Prévenir contre les maladies

Mais attention, les plantes aromatiques peuvent être victime de maladies en tout genre. Le mauvais choix de l’emplacement de la zone de culture en est la plupart du temps la cause. Pour les plantes aromatiques, il est obligatoire de trouver  un emplacement aérer et ensoleillé.

Les infections varient en fonction des espèces. Par exemple, le persil et la ciboulette sont plus victime de Mildiou. Le romarin et les estragons sont plus faibles face aux Borytis. La rouille est l’ennemie de la menthe. Et les persils ne sont pas résistants face au septoriose.

Les pucerons, qui ne sont jamais loin quand on parle des plantes s’attaquent surtout aux rhubarbes et aux persils.

Mais peu importe la maladie qui attaque vos plantations, la meilleure solution est la taille. Afin d’éviter que les feuilles atteintes n’affectent les autres, il faut les couper.

Les erreurs à éviter pour réussir sa culture

chives-2460048_1920

Il y a quelques erreurs que les cultivateurs de plantes aromatiques doivent éviter. Il en va de la réussite de leur projet et de la ponctualité de leur récolte.

  • Confondre les espèces

Vous avez pu constater qu’il existait diverses variétés de plantes aromatiques. Chacune est spécifique en soi, aussi bien dans les formes, dans l’entretien, que dans les périodes de récolte. Ainsi, quand vous achetez vos semis, demandez conseil à votre fleuriste est de mise. Les techniques qui fonctionnent avec le basilic ne seront pas forcément les mêmes que pour le persil par exemple.

  • Minimiser le repiquage

On a tendance à penser directement aux semis quand on se lance dans la culture, et celle des plantes aromatiques y compris. Par contre, cette démarche est loin d’être la bonne solution si vous êtes encore débutant. Privilégiez plutôt le repiquage. Pour que ça soit un peu plus moins cher, et pour une garantie de réussite plus importante, le repiquage ne présente que des avantages. Elle s’adapte aussi bien au persil qu’au basilic ainsi qu’à n’importe quelle variété.

  • Les menthes dans les pots

Les menthes sont les variétés les plus renommées en terme de cuisine. D’une senteur et d’un goût inégalé, aussi bien les chefs étoilées que les mères de famille en font usage pour le bonheur des fins gourmets ou des enfants.

Il est possible de planter directement cette espèce de plantes aromatiques dans le sol. La qualité des récoltes n’en est pas moins à remettre en question. Cependant, pour une facilité d’utilisation, et afin d’en assurer une bonne reproduction, planter la menthe dans les pots est plus recommandée.

Avez-vous lu notre dernier article sur le pommier Japonais ?