Connaissez-vous bien le pommier japonais ?

Envie de vous lancer dans un jardin botanique ? En plus d’être un passe-temps apaisant, ce projet peut avoir des impacts sur le design de votre espace extérieur. Il suffit de bien choisir les espèces que vous cultivez et d’en faire l’entretien.

Vous n’aurez que l’embarras du choix en matière de plantes, si vous souhaitez en mettre en place dans votre espace vert. Certaines sont simples à cultiver et à entretenir, d’autres ont des vertus plus intéressantes.

Mais parmi toutes les alternatives dont vous disposez, vous ne devez pas minimiser le pommier japonais. Focus sur l’essentiel à savoir sur cette espèce, les avantages, les inconvénients, les techniques de culture et tous nos petits conseils.

Le pommier japonais : kesako ?

flower-419039_1920

Le pommier japonais est aussi appelé le « pommier du Japon » ou encore le « cognassier du Japon ». C’est un grand arbre pouvant atteindre, s’il est à maturité, les 1 à 2 m de haut. Les arbres à port étalé peuvent même culminer à 8 m de haut.

Lors de sa fleuraison, entre février et mai, il est d’une beauté unique en son genre. Avec ses feuilles caduques et ses fleurs roses, il apporte une jolie touche à votre espace vert.

De son nom scientifique « Chaenomeles speciosa », le pommier japonais est bien évidemment originaire du Japon. Il fait partie de la famille des Rosacées et se présente comme un arbuste.

Nombreux sont ceux qui se lancent dans sa culture. Et pour cause, il ne nécessite pas une très grande surface pour se développer. Il s’adapte d’ailleurs à n’importe quel type de sol, ce qui explique certainement sa renommée.

Le pommier japonais, comme son nom l’indique, peut produire des pommes. Pour ce qui est de leur dégustation, elle est soumise à quelques conditions. Le fruit est de couleur jaune et vert et met un petit moment avant de tomber et donc d’arriver à maturité.

En plus d’être d’une beauté rare, ses fleurs sont également d’une senteur unique.

Une plante qui parfera votre jardin entre février et mai

Le pommier japonais est surtout réputé pour son esthétisme et sa grande beauté. Dans le règne des Plantae, il est une star. Et depuis peu, il se décline en plusieurs variétés : le Malus Flotimbunda Var. parkamni Koidz et le malus Flotimbunda Var. Spontanea Makino.

En arbuste ou en arbre, le pommier japonais peut devenir un atout pour l’aménagement de votre espace extérieur qui ira parfaitement avec votre gazon naturel. Ses fleurs roses, rouges ou pourpres et ses pommes vertes et jaunes ne manqueront pas d’apporter une touche de couleur dans votre extérieur.

Si vous commencez la culture à la fin du printemps, vous devriez pouvoir profiter de ses fleurs en février ou en mai.

Que vous bénéficier ou non d’un jardin de grande taille, planter un pommier japonais est une alternative intéressante. Cela apporte une note de couleur original, chic et moderne à votre mise en place. Et sa culture est simple à réaliser.

Comment cultiver le pommier japonais ?

Que vous ayez ou non la main verte, le pommier japonais est à votre portée. Que ce soit pour les techniques de culture ou encore les tailles et l’entretien, cet arbre ne nécessitera pas trop de temps. Voici quelques démarches et conditions à respecter afin d’assurer la réussite de votre projet.

  • Culture

Avant de parler des techniques de culture proprement dite, il est de mise de noter que le pommier japonais s’adapte parfaitement à un sol ordinaire. Cette espèce n’est pas très exigeante en ce qui concerne le climat. Mais dans l’idéal, avoir une température entre 15 à 20 °C serait opportun.

Lors de la préparation du sol, préconisez un mélange de terre de jardin et de terreau. Et comme la tendance est aujourd’hui aux produits bio, exit les pesticides et engrais chimiques en tout genre !

Vous avez plusieurs options pour planter votre pommier japonais. Certains utilisent le semis, qui est tout de même la technique la plus simple. Il suffit de semer les graines en automne ou au printemps.

Mais si vous n’arrivez pas à trouver des graines de cognassier du Japon, il reste le greffage. Pour cette approche, il faudra attendre l’été avant de planter les écussons.

Et si vous n’êtes pas du genre patient, vous avez le bouturage. Simple et pratique, il se fait en automne et vous donnera des fleurs à temps.

  • Entretien

Comme n’importe quelle plante, le cognassier du Japon a besoin d’entretien. On peut citer par exemple l’arrosage fréquent et le travail de la terre.

Il est à noter que cette espèce a l’avantage de pousser rapidement. Généralement, les professionnels préconisent le nettoyage de son environnement afin de lui permettre de se développer sereinement. Les autres plantes ne se marient pas forcément avec le pommier japonais.

  • Taille

La taille du pommier japonais doit se faire fréquemment. Dans l’idéal, les propriétaires doivent le faire après chaque floraison. Ainsi, vous pouvez tout de même profiter de la beauté de ses fleurs.

La taille n’a pas seulement pour but d’assurer la santé de la plante. Vous pouvez en profiter afin de faire prendre à l’arbre la forme que vous désirez. Pour une haie par exemple, le cognassier du Japon devrait être entretenu 1 à 2 fois par an.

Si vous l’utilisez en guise de décoration de jardin, laisser lui prendre la forme qu’il veut pourrait aussi être une bonne idée. Il n’y a rien de tel que le naturel pour mettre en valeur la beauté de votre espace.

Le pommier japonais : son utilité

Planter un pommier japonais n’a pas simplement pour but d’optimiser l’esthétisme de votre jardin. Cette espèce possède diverses utilités, ce qui a participé à son renom mondial depuis quelques années.

Pomme

  • Comestible à certaines conditions

Pour commencer, le pommier japonais produit évidemment des pommes. Une fois arrivée à maturité, elles tombent au sol. Et leur beauté ainsi que leur arôme peuvent vous donner une furieuse envie de les déguster.

Les fruits du pommier japonais sont tout à fait comestibles. Mais attention, ils ne sont pas comme les autres pommes que vous voyez dans le commerce. Elles doivent être cuites avant d’être consommées. Et il n’y a pas lieu de s’inquiéter, cette démarche n’enlèvera pas leur gout pour autant. Au contraire, cela les rendra plus tendres et réveillera leur saveur.

  • Pour créer d’autres variétés de pomme

Ce sont surtout les agriculteurs et les petits producteurs locaux qui plantent le maximum de pommier japonais. Et pour cause, cette espèce est un allié incontestable pour créer de nouvelle variété de pomme.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la mode du bac à compost c’est par ici !