Comment lutter contre la menace des déchets ?

La minimisation des déchets industriels

Un des préoccupations d’aujourd’hui, est de comment sauver notre environnement des menaces des entreprises en luttant contre la pollution. La production des déchets ne cesse pas d’augmenter ces dernières années. Pour cela les autorités internationales des pays ont mis en place des démarches stratégiques pour la protection de l’environnement et la minimisation des déchets industriels et ménagers.

Un nouveau concept de prévention est apparu afin de proposer des solutions rationnelles sur le long terme. La réduction des ordures industrielles ou ménagères est très importante dans le contexte actuel car les déchets ont beaucoup d’impacts sur l’environnement, ce qui se propage sur l’être Humain.

Il existe différentes actions pour diminuer les déchets ménagers et assimilés : limiter les emballages, opter pour des produits réutilisables, réduire la consommation de papier, tri- sélectif… Ce problème concerne fondamentalement les entreprises, qui sont une des causes principales de la pollution dans le monde, et qui ont le plus de difficultés à lutter contre ce phénomène.

Cependant, il existe des démarches que les sociétés peuvent entreprendre pour restreindre la production de déchets et donc aller vers un style de production plus durable.

montagne de déchets

Les déchets se distinguent en deux catégories :

  • Banals : cartons, verre, déchets de cuisine, emballages, déchets textiles, …
  • Dangereux : déchets qui ont un fort impact sur l’environnement et qui s’avèrent nocifs pour l’être vivant. Par exemple les substances toxiques (acide, piles, bouteilles de gaz, peinture…)

Comment minimiser les déchets ?

  • en nettoyant  à la main ou en utilisant des appareils mécaniques spécifiques suivant le matériel contaminé et selon la quantité de détritus
  • en utilisant des machines industrielles pour le traitement de recyclage des résidus
  • en limitant la consommation de certains produits qui sont la cause de déchets (gants, chiffon…)
  • en réduisant les chutes de fabrication
  • en utilisant des techniques d’emballage plus adaptées

Mais malheureusement,  il existe d’autres résidus qui menacent notre planète, c’est à dire les boues.

La minimisation des boues

Vous devez savoir que les boues des stations d’épurations, proviennent des eaux usées  des zones rurales et urbaines. Elles contiennent jusqu’à 99% d’eau, et l’objectif principal est donc de diminuer au maximum cette consistance et leurs effets polluants.

Une fois que l’eau usée est nettoyée et traitée elle va être ré-utilisée. Dans quel but ? Tout simplement pour préserver la santé de tous citoyens mais également de la ressource qu’est l’eau. Mais la véritable question est : comment parvenir à ce résultat?

Tout d’abord il existe différentes techniques que nous pouvons mettre en place afin d’atteindre cet objectif. On commence par l’épaississement ensuite la stabilisation puis la déshydratation et en finissant par le séchage. Viennent ensuite l’épandage, l’incinération ou le stockage.

boue

Il existe également d’autres manières pour les épurer, en séparant les boues en fonction de la densité de l’eau, des huiles et des solides. Il y a des décanteurs centrifuges à différentes phases qui varient selon la matière.

Il y a donc plusieurs techniques pour la minimisation de tous les déchets industriels, nocifs ou non, et également la minimisation des boues, pour éviter tous types de bactéries.

La gestion des déchets

La gestion des déchets comprend la collecte, le transport, le traitement, le recyclage ou réutilisation, et l’élimination des déchets. Son principal objectif est la réduction des  effets nocifs de ces déchets, dans la majorité des cas, sur la santé humaine et environnementale, ainsi que sur le cadre de vie. Depuis quelques décennies, l’idée que les déchets constituent une ressource à exploiter, plutôt que des rebuts inutiles bons à être jetés, se développe. L’accent est donc mis sur la valorisation des déchets.

Le processus qui permet de  valoriser les déchets est appelé «valorisation matière». Le recyclage est réalisé par récupération des matériaux réutilisables. Il y a valorisation énergétique si on obtient de l’énergie à partir des déchets. Désormais, le traitement des déchets en tant que matière première est de plus en plus courant. Grâce au développement des nouvelles technologies, il est possible d’obtenir de la chaleur ou de l’électricité à partir des déchets.

Depuis les années 90, la pierre angulaire des stratégies de gestion des déchets consiste à les réutiliser au maximum et générer le minimum de rebuts. Actuellement, la règle des trois R : Réduire, Réutiliser, Recycler est d’usage. En 2010, des professeurs à l’université de Virginie, USA, ont proposé d’ajouter un quatrième R : Repenser.

Cette gestion concerne tous les types de déchets : solides, liquides ou gazeux, toxiques, dangereux, etc. En fonction du pays ou de l’endroit où l’on se trouve, les modes de gestion des déchets sont  différents. Les pays développés ont un mode de gestion autre que celui appliqué dans les pays sous-développés. Il en est de même quand on vit en ville ou dans la campagne, que l’on soit industriel ou commerçant. En général, la gestion des déchets non dangereux  sont sous la responsabilité des autorités locales. Par contre, ceux provenant des commerces et de l’industrie sont sous leur propre responsabilité.

Avec l’augmentation presque exponentielle des déchets et de la pollution qui l’accompagne, les nombreux travaux  de recherche ont permis de trouver des solutions à plus long terme et une gestion plus efficace.

Traitement des déchets : la pyrolyse et la gazéification

La pyrolyse et la gazéification figurent parmi les traitements des déchets les plus utilisés. Ces derniers sont chauffés à très haute température et avec peu d’oxygène. Une cuve étanche sous haute pression permet de réaliser ce processus. Les matériaux sont transformés en énergie.

bacs recyclage

Par la pyrolyse, les déchets solides sont transformés en produits solides, liquides ou gazeux. Ce procédé brûle l’huile pyrolytique et les gaz pour produire de l’énergie ou les transformer en d’autres produits. Les résidus solides comme le charbon peuvent être modifiés plus tard en produits, tels les charbons actifs.

Quant à la gazéification, elle convertit directement les matières organiques en gaz de synthèse nommé syngaz.  Celui-ci est formé de monoxyde de carbone et d’hydrogène. Le syngaz permet de produire de l’électricité et de la vapeur. Cette méthode est utilisée dans les centrales qui  produisent de l’énergie à partir de la biomasse et produit de l’énergie renouvelable et de la chaleur.

Les torches à plasma

La gazéification de la matière dans un milieu à oxygène raréfié est rendu aujourd’hui possible grâce aux torches à plasma.  Les déchets sont décomposés en structures moléculaires de base.

En plus des trois états : gazeux, liquide et solide,  le plasma est considéré comme le quatrième état de la matière. L’électricité qui alimente les torches crée un arc électrique entre ses deux électrodes. Le gaz inerte insufflé à travers cet arc permet d’obtenir de très hautes températures qui peuvent monter jusqu’à 13 000°C. Puis, ces dernières décomposent les déchets en leurs composants élémentaires. Tous les métaux fondent et coulent au fond du four. Les composés non organiques, comme la silice, le béton, le gravier, le verre, etc., sont transformés en solides pétrifiés qui tombent au fond du four. Les gaz produits par les fours à plasma peuvent être brûlés et fournir de l’énergie. Ils peuvent être aussi synthétisés en éthanol pour être utilisés comme carburant des automobiles.

Ce processus ne génère ni goudron, ni furfural ou cendres qui nécessitent un entreposage.